Les Stoïques (1870)

JOUR TOMBANT

Rien ne finit, rien ne commence,
Ce n’est ni la nuit ni le jour.
Leconte de Lisle

Sur le ciel gris rosé l’extrémité des branches
Se découpe légère & frissonnante au vent ;
L’heure est chaude ; le soir ouvre aux visions blanches,
Et par les près fauchés elles s’en vont rêvant.

Elles s’en vont rêvant de leurs sœurs les chimères
Qui portaient dans leur robe un songe à chaque pli,
Espoirs, rayons perdus, décevances amères,
Souvenirs lumineux émergeant de l’oubli.

Et les souffles subtils pleins d’odorante flamme,
Qui font pâmer les fleurs sur le foin renversé,
Savent encore emplir de vertiges mon âme,
Lyre toujours vibrante au contact du passé.

Dans la nuit palpitaient des ailes de pensées,
Comme si mille oiseaux, se croisant sur mon front,
Avaient chanté pour moi leurs hymnes cadencées,
Avant de s’envoler au ciel clair & profond.

— Pourquoi rire ? les pleurs sont si près de la joie.
Dans l’ombre douloureuse où le sort l’a jeté,
Il n’est espoir si cher que mon cœur ne renvoie ;
Il n’est amour si pur dont mon cœur n’ait douté.

— Pourquoi pleurer ? la joie est si proche des larmes.
Toute ombre dans son sein porte l’espoir du jour.
Il n’est malheur si rude où ne soient quelques charmes,
Il n’est bonheur si doux qu’on ne doive à l’amour.

— Pourquoi chercher en vain une paix éphémère ?
Ouvrir trop tôt son cœur, ou trop tôt le fermer ?
Voici la vision, l’idéal, la chimère :
Rire, pleurer, chanter & toujours plus aimer !

Sur le ciel assombri l’extrémité des branches
Se découpe plus lourde & frissonnante au vent ;
Le soir n’a point de lune, adieu, visions blanches !
Et par les prés fauchés je m’en reviens rêvant.

Juin 18…

Retour à la table des matières